Loading
SEO NAME
Du 11 juin au 25 juillet 2019

Luc Babin

 

Présentation et démarche

Luc Babin, né à Niort (Deux Sèvres) en 1953, vit et travaille en Val d’Oise.

Lorsqu’il était enfant, l’Art c’était l’autre côté du monde. Il est donc autodidacte.

La photographie a longtemps été le moyen d’expression privilégié de sa créativité. Le  « noir et blanc »  était bien sûr un passage incontournable à cette époque.

Et puis, envie de couleurs ou d’autres sensations, l’aquarelle est arrivée dans sa vie, en lui offrant très rapidement une ouverture à l’abstraction.

Le désir de se confronter à la matière l’a amené à l’acrylique qui s’est imposée à lui pour la richesse de ses possibilités plastiques : un champ d’exploration tout à fait extraordinaire. Le besoin d’expérimenter est son moteur et peindre, une sorte de chemin buissonnier lui permettant d’avancer au gré des voies ouvertes par l’inspiration…

Il avance par séries, pouvant comporter jusqu’à une centaine de tableaux comme pour « Temps suspendu ». L’étrange et l’inattendu peuvent surgir de ce sillon creusé avec persévérance. Joies ou bonheurs …

Sa pratique, c’est surtout l’abstraction, avec parfois un détour vers la figuration. La nature est sa principale source d’inspiration ; il y puise lumières, énergies et formes particulières ; il retient et transpose les images qui le touchent.

Le thème du temps est un de ses sujets majeurs. Il est récurrent dans les différentes séries qui constituent son parcours : « Temps suspendu », « Veilleurs de temps », « La nature du monde », « Terres ultimes »…

Peindre est un parcours de vie : lieu de découvertes, de rencontres…

 

La série « Temps suspendu » dont sont issus les tableaux que je vous propose raconte l’histoire d’un instant, d’un instant arrêté : un « temps suspendu ».

Il s’agit d’un murmure d’attente, quelque part entre monde végétal, animal et minéral.

Dans ce moment figé, les possibles ne sont pas encore déterminés. C’est une phase transitoire de pause entre 2 états, arrêtée entre un « avant » et un « après », comme pour un cocon ou une chrysalide.

Nul ne peut encore présager de ce qui va naître au terme de la transformation mystérieuse qui est en cours.

De l’infiniment petit à l’immensément vaste, c’est là que semble être mon chemin.

Luc Babin – 15 mars 2019

 

Contact

www.bab1blue.com

luc.babin2@gmail